Distribution minimale

2 femmes -4 hommes (Modulable)
Saynètes écrites entre 2004 et 2016
Droits d'auteur SACD
Durée totale : 90 minutes


Information

Les 12 saynètes

Pour accéder à la présentation de chaque saynète, cliquez sur la photo correspondante colonne de gauche.
Vous y trouverez l'histoire la distribution, un commentaire et un extrait pour chacune d'entre elles.

mardi 5 avril 2016

5 pères pour Noël




Durée approximative : 10 minutes
PERSONNAGES : 1 Femme- 4 hommes
-       Etienne
-       Adèle
-       Armand
-       Sylvestre
-       Roger
Synopsis : Cinq pères Noël en état d’arrestation, un seul est coupable.
Décor : Un rideau blanc avec des traits horizontaux indiquant les tailles comme dans les postes de police américains.
Costumes : Devinez ? Il peut y avoir des anachronismes comme sur la photo (Blouson en cuir par exemple mais il est essentiel pour l’histoire qu’ils soient tous rouge).
Commentaire : Un projet  d'écriture à cinq mains que j'ai essayé de lancer mais qui n'a jamais abouti. Cinq auteurs devaient se renvoyer la patate chaude en écrivant les répliques d'un personnage à partir de la photo ci dessus. Mais il s'est avéré difficile à mettre en place via le Net et surtout à cause des emplois du temps des uns et des autres.
J'ai gardé l'idée en tête et l'ai fait tout seul comme un grand. En guise de clin d’œil, j'ai donné à chaque personnage le nom famille des auteurs qui auraient dû participer à ce projet.
---------------------------------------------------------
 -EXTRAIT-

Cinq personnes déguisées en Père Noël montent sur scène en file indienne. Ils se présentent de face.
Flash d’appareil photo.
Ils se tournent ensemble sur leur profil gauche. Nouveau flash. Puis leur profil droit. Dernier flash.
Ils se remettent face public et attendent. Grand et long silence.
Cie Prêts-textes-juillet 2017- Sainte Marie (La Réunion)


Etienne : (murmurant) Tu crois que ça va encore être long ?
Armand : (même jeu) Vu le bordel qu’on a foutu…y’a des chances que le réveillon se fasse en taule.
Etienne : Merde…je devais fourrer la dinde, moi…
Roger : (même jeu) Vos gueules les deux marioles ! N’aggravez pas notre cas ! Vous êtes une honte ! L’image que vous donnez ! Lamentable….
Armand : Ecoutes-le lui ! Il va encore nous servir son couplet sur le statut du costume rouge et la magie de Noël.
Etienne : Ouais…tout ce que je sais c’est qu’il a une sacrée droite le Roger…Je te revaudrais ça l’ami…
Roger : Quand tu veux, ducon !

Etienne s’énerve soudain et se déplace vers Roger.

Etienne : Me chauffe pas quand même ! Parce que je peux encore te faire bouffer les grelots, les rennes et tout le traineau qui va avec !
Armand le retient. Les deux autres ne bronchent pas.
Armand : C’est bon Etienne, laisses tomber (s’adressant soudain face public) Quoi ? Non, non…tout va bien Monsieur l’inspecteur…juste un différend sur celui qui a la plus grosse hotte… (A Etienne) Restes tranquille toi….
Etienne : (Face public) Comment ? …Que je me présente et que je donne ma version des faits ? Oui bien sûr….Etienne Beauvillain, employé municipal, engagé pour faire le Père Noël au marché de Noël, place de l’hôtel de ville, j’avais fini mon service à 16 heures et j’ai retrouvé l’ami Armand Renaud au bar de l’Hôtel de Ville qui faisait aussi le Père Noël dans les crèches, …
Roger : C’est bien des fonctionnaires ça…Fin de travail à 16 heures … Au bar à 16 heures 02….
Armand : Ta gueule toi, on t’a pas sonné…Ton tour viendra pour t’expliquer….
Roger : J’ai hâte…
Etienne : Donc on buvait tranquillement un verre quand…quoi ? Combien ? (Il hésite) Oh…je dirais un ou deux…pas plus…
Armand : Pas plus de trois en tout cas…
Cie Prêts-textes-juillet 2017- Sainte Marie (La Réunion)
Etienne : Le patron du bar a indiqué qu’on en était à douze ?.....Chacun ? A deux ? Ah oui quand même… mais il y avait deux panachés donc ça ne …ok je continue…donc avec l’ami Armand on était tranquillement en train de boire quand un con, bien bourré celui-ci, est venu nous voir et nous a dit…Comment il a dit déjà ?
Armand : « Hé les Pères Noël ! Si je vous paye une autre tournée, je peux m’occuper de la Mère Noël en récompense ? C’est cadeau. ».
Etienne : Voilà…C’est ça…Et là, Armand s’est jeté sur lui.
Roger : Minable….Une honte, je vous dis…
Armand : (Face public)  Oui je confirme…Armand Renaud, employé municipal moi aussi…Pour les verres, je pense quand même qu’il y a une erreur… (Un temps) Oui…oui c’est sûr…Il n’y avait sûrement pas plus de deux pères Noël dans ce bar…mais bon, j’avais des circonstances atténuantes quand j’ai frappé sur ce type…J’avais appris trois jours avant que ma femme me trompait avec un gars des espaces verts…
Etienne : Donc,  il a vu rouge.

Un temps. Armand regarde Etienne.

Armand : C’est vrai que t’es pénible par moment… (Face public) Le petit souci c’est que le gars n’était pas seul…
Etienne : Il trinquait avec ses potes…
Armand : Ils fêtaient une victoire…
Etienne : Des rugbymen…
Armand : Ça a dégénéré grave…Et puis lui là… (Il désigne Roger) Il est intervenu…
Roger : (Face public) Roger Contival, intermittent du spectacle…J’ai été engagé par la société « Jouets pour tous » pour le mois de décembre. J’ai un circuit prévu dans le centre ville avec traineau et cheval.
Etienne : Les rennes étaient en grève ?
Roger : (Face public) Voilà, le genre d’individu auquel j’ai été confronté. Ils salissent la réputation du costume que je porte en se torchant dans un bar et en se battant comme des écoliers.
Armand : Dis-donc, tu n’as pas été en reste, toi aussi…Même qu’Etienne te doit une droite.
Roger : Bien obligé de m’en mêler. Quand je suis passé devant le bar de l’hôtel de ville et que j’ai vu deux costumes rouges impliqués dans la bagarre, je suis descendu de mon traineau et je leur ai demandé de se calmer. Là quelqu’un a beuglé : « Encore un autre Père Noël, là ! Choppez-le ! » Ni une, ni deux, je me suis fait attraper par deux gaillards et je m’en suis pris une. Dans la bagarre générale, lui là (Il désigne Etienne) s’est avancé vers moi en gueulant « Y’a qu’un seul Père Noël et c’est moi ! »
Etienne : Et il m’en a mis une…mais je te l’ais dit : je te revaudrais ça…
Armand : Ouais, il te revaudra ça….
Roger : Vous n’êtes que deux minables. (Face public) Dites avec tout ça, mon cheval et mon traineau ont foutu le camp. Vous ne les auriez pas retrouvés par hasard ?

Les deux autres pères Noël qui ne disaient rien commencent à s’impatienter.

Adèle : (Face public) Dites, on peut en finir et savoir pourquoi vous avez embarqué tout le monde ? Nous deux, on n’y était pour rien dans la bagarre.
Sylvestre : (Face public) Parfaitement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire